image de couverture

En savoir


plus

Le travail au froid

Il n’existe pas de définition réglementaire du travail au froid, mais on sait que dès que l’on est exposé à une température ambiante inférieure à 5° (à l’abri du vent) il existe des effets directs sur la santé des travailleurs. On peut donc parler de travail en ambiance froide pour des températures inférieures à 5°C et de travail au froid excessif pour des températures inférieures à – 25°C. Le froid est ressenti différemment selon les individus en fonction de critères physiques, climatiques ou encore individuels.





Les agents les plus exposés sont :

  • Les agents travaillant à l’extérieur,
  • Les agents travaillant en chambre froide,
  • Les agents affectés à la préparation de produits frais.

Les effets du froid sur la santé :

L’homme maintient sa température centrale autour de 37° C, grâce à des mécanismes de régulation. Ces mécanismes peuvent se retrouver débordés en cas d’exposition au froid, et engendrer des effets sur la santé.

  • Effets directs :
  • Crevasses et gerçures
  • Assoupissements,
  • Crampes,
  • Hypothermie (caractérisée par l’apparition de frissons, fatigue, confusions, perte de connaissance).
  • Effets indirects :
  • Diminution de la dextérité due au refroidissement des extrémités,
  • Diminution des performances musculaires,
  • Diminution de la vigilance mentale.

Nous voyons que tous ces effets peuvent augmenter le risque de survenu d’accidents et de troubles musculo-squelettiques.


La prévention des risques 

  • Informer et former le personnel sur les risques liés au froid,
  • Mettre à disposition un local chauffé, planifier le travail en tenant compte des conditions météorologiques, limiter le travail en zone froide,
  • Mettre en place un système de communication en cas de travailleur isolé.
  • Augmenter le temps de récupération en cas de température très basse,
  • Mettre à disposition des vêtements et des équipements de protection individuelle (EPI) en fonction de la tâche à effectuer.

NB : préférer plusieurs couches de vêtements à un seul vêtement épais, les vêtements doivent permettre une mobilité et une dextérité optimale. Il s’agira également de prévoir une protection thermique de la tête. Il ne faudra pas oublier les EPI inhérents aux autres risques du poste de travail.

Pour en savoir plus :

TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Arrêté du 19 mars 1993 Travaux de maintenance sur installations à très haute ou très basse température.
  • Arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale (Travaux effectués dans les chambres frigorifiques).
  • Arrêté du 30 septembre 1957 relatif aux mesures de sécurité applicables aux chambres froides ou climatisées.

RECOMMANDATIONS DE LA CNAMTS

  • R 92 Installations frigorifiques fonctionnant à l’ammoniac (1971)
  • R 242 Installations frigorifiques fonctionnant à l’ammoniac ou avec des composés chlorofluorés (1983)

NORMES (AFNOR)

  • NF EN ISO 9886.Juillet 2004. Ergonomie – Evaluation de l’astreinte thermique par mesures physiologiques
  • NF EN ISO 12894. Septembre 2001. Ergonomie des ambiances thermiques – Surveillance médicale des personnes exposées à la chaleur ou au froid extrêmes.

NF EN ISO 10551.Juin 2001. Ergonomie des ambiances thermiques – Evaluation de l’influence des ambiances thermiques à l’aide d’échelles de jugements subjectifs

INRS Dossier travail au froid

http://www.inrs.fr/risques/froid/prevenir-risques.html